Vendredi 16 février à 20h

cinéma Le Fresnoy - studio national des arts contemporains

entrée gratuite

#50 / Sreda 19.7.1961

(Mercredi 19.7.1961)

un film de Victor Kossakovsky

1997 - 93 min - 35 mm - Russie, Allemagne


Victor Kossakovski est né à Saint-Petersbourg le 19 juillet 1961. C’était un mercredi. 
Il décide alors de retrouver toutes les personnes nées à Saint-Pétersbourg le même jour que lui. Il s’avère que, le 19 juillet 1961, étaient nés cinquante garçons et cinquante et une filles.


… « Le film est tout dans <un> laisser-aller. Au plus beau justement quand il est nigaud, humilié, rabattu dans sa forme un peu scolaire (son si maigre motif : faire ces petits portraits comme ferait sans ambition un petit peintre de dimanche) quand il a l’air d’un petit film (et même étroit ou modique), et qu’à l’instant même de cette étroitesse et de cette modicité, il fait ce que, rarement ce que pratiquement jamais, risque, ose le cinéma : avoir la franchise, la grande confiance (l’abandon) des films lorsqu’ils se laissent eux-mêmes tomber.

Sreda est comme une fête d’anniversaire. A un moment, à cause du vin ou comme ça, quelqu’un a eu envie de pleurer. De chialer sur son sort. Le sort, c’est la roulette russe penchée sur ces cinquante garçons et ces cinquante et une filles et qui leur a distribué leurs cartes. Une fête d’anniversaire, maman a un peu pleuré, « pense aux plus malheureux que toi, maman ». « J’essaye ». On trinque à sa santé. « Continue comme ça ». Continuer. Le film est exactement là, dans l’étonnement, l’effarement même (et souvent : l’éblouissement) devant cette continuation, cette persistance, cette obstination à être.

Le film fête l’anniversaire de tous ces gens. Parfois il fait un peu le catho ou le niais, et fait comme si la vie valait le coup d’être vécue. 

Comment dans ce logement humide, dans cette misère franche et austère et glaciale, penser qu’on puisse vouloir quand même venir au monde ? Mais les enfants viennent. Ils naissent, envers et contre tout, ils viennent, d’eux-mêmes. Ils consentent à leur propre naissance » …

Marianne Pistone

page Facebook de Sémaphores
  • Facebook Social Icon