Vendredi 04 novembre à 20h
cinéma Le Fresnoy - studio national des arts contemporains

entrée gratuite

shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5751-copyright-shellac
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5751-copyright-shellac

press to zoom
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5754-copyright-shellac
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5754-copyright-shellac

press to zoom
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5753-copyright-shellac
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5753-copyright-shellac

press to zoom
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5751-copyright-shellac
shellac-les-aventures-de-gigi-la-loi-image-5751-copyright-shellac

press to zoom
1/4
#60/ LES AVENTURES DE GIGI LA LOI

une comédie documentaire de Alessandro Comodin

Italie, France, Belgique - 1h42 - couleur - Italien et frioulan avec sous-titres français - 2022

Par le réalisateur de Jagdfieber (Sémaphore #13) et L’été de Giacomo.

Gigi est un policier du Frioul – une région du nord de l’Italie -, qui se retrouve confronté à une série de suicides dans sa petite ville ordinairement tranquille. Un film presque en huis clos, qui se résume en grande partie à la voiture de patrouille de Gigi, personnage attendrissant et empathique, qui déambule dans cette douce société de province loin des agitations urbaines.

Dans Les Aventures de Gigi la Loi, on reconnaît Tati, Iosseliani, et peut-être un peu Apichatpong Weerasethakul dans le rapport du réalisateur à la nature sauvage et à la belle lenteur des choses. 
Si le film est un docu-fiction, c’est que Gigi n’est autre que l’oncle du réalisateur, et le jardin à la végétation luxuriante celui de son enfance, puisque le film a été tourné dans la ville dont est originaire Alessandro Comodin. Il n’y a quasiment pas d’acteur/trices : des policier/ères aux citadines, le réalisateur filme le quotidien réel des personnages de cette ville de campagne.

Le cinéaste explique : “Il y avait un scénario, les acteurs ont été payés, il y a des choses réelles et des choses inventées, tout est vrai et tout est faux à la fois. Souvent les plus belles scènes sont nées durant le tournage. J’ai agi de manière instinctive, ça peut être parfois dangereux. C’est comme si on avait fait une fiction, filmée comme un documentaire.”
Gigi aussi s’est perdu entre fiction et réalité puisque, lors des projections du film, le policier parle de lui-même à la troisième personne : “Gigi est compliqué, il peut être tendre, mais aussi dur avec lui même parfois…”